Nous voilà maintenant en Genèse 22, le moment où Abraham et son second fils Isaac né de Sarah, scellent leur âne pour aller au mont Morija.
Dans ce passage, l’âne n’est plus appelé « PéRé », mais « HaMoR ». Bien entendu, le sens est différent.
Cette fois-ci, la racine trilitère signifie « bouillonner » mais aussi « être rouge » et a donné le mot «fièvre» et «chaleur».
Ce qui permet de penser que notre animal sympathique peut parfois être tenace et têtu au point d’avoir la tête chaude.
De plus, non seulement ce mot HaMoR veut dire « âne » mais il peut signifier également « la foule ».
Toute ressemblance avec un existant quelconque …

« Dos d’âne »
En cliquant sur les vignettes découvrez ce compagnon de voyage à travers les écritures