La terre controversée

14,00

ISRAËL, LA TERRE CONTROVERSÉE – Claude EZAGOURI
Dans cet ouvrage Claude EZAGOURI traite en profondeur de sujets brûlants concernant la terre d’Israël. C’est avec grande foi et courage qu’il dévoile des perles précieuses dans la Parole de Dieu. Il utilise les Ecritures pour réfuter de fortes erreurs communes, pour réveiller l’Eglise avec un appel solennel vis-à-vis d’Israël et aussi apporter un grand espoir tant aux chrétiens qu’aux juifs qui courageusement restent fidèles à la Parole de Dieu pendant ces temps de la fin.

Catégories : , , Étiquette :

Description

Claude EZAGOURI

Claude est né en Algérie d’une famille juive sépharade.
Il émigra en Israël avec son épouse Michelle en tant que juifs sionistes en 1975.
Dans les années 1980, tout en restant fidèle à son origine juive, Claude entreprit une quête spirituelle à travers les religions d’Extrême-Orient et différentes sortes de méditation transcendantale.
En 1983, il reçut Yéshoua comme son Messie juif en écoutant une émission évangéliste de radio émettant à partir du Liban sud.
En 1990, après avoir participé à plusieurs campagnes d’évangélisation destinées à révéler que Yéshoua est le Messie juif espéré et attendu de tout temps par le peuple juif, Claude reçut l’appel de commencer et diriger une assemblée messianique, l’Etoile du matin, à Tibériade en Israël.

LA TERRE CONTROVERSÉE

Dans cet ouvrage Claude EZAGOURI traite en profondeur de sujets brûlants concernant la terre d’Israël. C’est avec grande foi et courage qu’il dévoile des perles précieuses dans la Parole de Dieu.
Il utilise les Ecritures pour réfuter de fortes erreurs communes, pour réveiller l’Eglise avec un appel solennel vis-à-vis d’Israël et aussi apporter un grand espoir tant aux chrétiens qu’aux juifs qui courageusement restent fidèles à la Parole de Dieu pendant ces temps de la fin.

Extrait :

Sans aucun doute l’ancien esprit des Arabes et des Philistins n’est pas mort. Il est toujours actif quand les ennemis d’Israël considèrent le terrorisme comme une option légitime, frappant aveuglement la population israélienne. Il est indispensable de faire la différence entre le physique et le spirituel, car tous les Arabes ne sont pas animés d’une telle cruauté, et il est fondamental d’identifier l’esprit qui est actif. Notre lutte n’est pas contre la chair ou le sang, bien qu’on ait souvent tendance à l’oublier quand la guerre spirituelle se matérialise par des guerres entre les nations.

Il est frappant de constater que les groupes arabes qui entourent Israël, bien qu’ils soient désunis et luttent les uns contre les autres, comme il en est le cas en Syrie, ont un sentiment commun : la haine du Juif. Le Hezbollah, le Hamas, l’OLP, El Quaïda, le Jihad et bien d’autres organisations terroristes ont un même but commun : chasser la nation juive du Moyen Orient. C’est le même esprit agissant en eux et plus particulièrement en ceux qui sont endoctrinés et poussés à la violence par certaines interprétations du Coran.

Il n’est pas entièrement vrai de présenter le conflit du Moyen-Orient comme une guerre de religion car cela suppose que les deux belligérants aient tort et que Dieu n’y soit pas impliqué. Depuis toujours cette tactique est familière au diable pour discréditer la religion et cette excuse est avancée par les nations pour proposer une solution humaniste qui exclurait Dieu.
La vérité est que Dieu défend Sa terre, Son peuple et Son Eglise selon Ses propres principes en dépit des lubies et des caprices des nations qui devront tôt ou tard décider de s’opposer à Lui ou de Lui faire confiance. En cela le conflit est spirituel et on ne peut pas y échapper, comme l’a dit Paul Wilkinson : « Goliath ne peut pas être abattu avec fronde ou une pierre comme au temps de David car le problème n’est pas politique, le problème n’est pas sociologique, le problème n’est pas un manque d’éducation ou de dialogue, le problème est d’ordre spirituel. Le problème est qu’il existe un adversaire de Dieu, d’Israël et des chrétiens

A la vue des développements de la situation au Moyen-Orient, il est indéniable que Dieu contrôle tous les événements qui se déroulent sur le terrain. Il veille à l’équilibre de forces en accord avec Son plan et Sa volonté, et à ce que nulle partie ne soit victorieuse avant Son heure.
Cependant, beaucoup de vies seraient épargnées si les hommes avaient une connaissance minimale de Sa parole et de Ses voies. En conséquence, cette confrontation continuelle doit être abordée d’un point de vue biblique…
…/…

Dans les pays occidentaux, la tendance est de considérer le dieu de l’Islam identique à celui d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Cependant ceci est une grave erreur. Le dieu de l’Islam exclut Isaac comme fils d’Abraham amené en sacrifice devant l’Eternel. L’Islam croit qu’il s’agissait d’Ismaël, mais le Nouveau Testament nous dit que le Messie Yéshoua est descendant d’Isaac et de Jacob et non pas d’Ismaël. Pour l’Islam Dieu n’a pas de fils et, de ce fait, la généalogie du Messie est complètement faussée dans la mentalité islamique. C’est pourquoi Jésus est souvent dépeint comme Palestinien mais sans référence à Son origine juive ou à Son identité messianique. Cette forme de pensée a des influences sérieuses dans la mentalité musulmane et palestinienne aujourd’hui en ce qui concerne le processus de paix au Moyen-Orient. Il n’est pas surprenant qu’il soit difficile à Israël de faire confiance aux nations arabes musulmanes ou aux organisations islamiques lorsqu’il est question de pourparlers de paix. « Je suis pour la paix ; mais dès que je parle, ils sont pour la guerre » (Psaume 120 :7).
…/…

Vu la situation actuelle, sans aucun doute, Israéliens et Palestiniens connaissent leur part de souffrance, mais Dieu règne toujours avec un message de paix et un chemin vers une paix que les nations rejettent. Dans son livre intitulé « La terre à plusieurs noms », Steve Maltz a écrit : « Il y a un grand danger à se laisser dévier par des considérations humaines. Oui, les palestiniens ont eu la partie difficile, bien que cela n’eût pas été seulement de la main des Israéliens. Oui, il est vrai qu’ils aient souffert dans une certaine mesure sous la tutelle d’Israël, tout comme ils ont souffert en Jordanie et au Liban. Les préjudices sont un fait d’une humanité dans le péché. Posez la question à un noir aux Etats-Unis ou à un Aborigène en Australie. Ce sont là des questions de droits humains et d’inégalité. Mais toutes ces considérations pâlissent et deviennent insignifiantes lorsqu’elles sont confrontées aux motifs divins ».

Information complémentaire

Auteur

Ezagouri

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La terre controversée”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *