L’héritage d’Elie

19,50

L’HERITAGE D’ELIE – D. DAVIS

Un signe prophétique pour notre temps
La vie et l’héritage d’Elie préfigurent une restauration de la fin des temps que nous voyons se produire aujourd’hui. L’héritage vivant d’Elie est fait de cet autel restauré de “pierres vivantes” (Juifs et Gentils louant le Seigneur en un seul Corps). Son héritage libère la pluie du futur réveil.Ceux qui reçoivent cet héritage seront enveloppés de la présence de Dieu.

Catégories : , , Étiquette :

Description

David DAVIS

David Davis est le fondateur et le pasteur de l’Assemblée Kehilat Ha Carmel en Israël.
Avec son épouse Karen, responsable de louange, ils ont fondé le centre de réhabilitation Beit Nitzachon (Maison de Victoire)
pour Juifs et Arabes à Haïfa.

L’HERITAGE D’ELIE

Un signe prophétique pour notre temps
La vie et l’héritage d’Elie préfigurent une restauration de la fin des temps que nous voyons se produire aujourd’hui. L’héritage vivant d’Elie est fait de cet autel restauré de “pierres vivantes” (Juifs et Gentils louant le Seigneur en un seul Corps).
Son héritage libère la pluie du futur réveil.
Ceux qui reçoivent cet héritage seront enveloppés de la présence de Dieu.

Elie était non seulement un prophète de Dieu, mais il déversa également son cœur dans la génération d’Elisée qui lui succéda.

L’Eglise a désespérément besoin aujourd’hui de suivre un tel exemple.
Nous avons besoin de pères et de mères spirituels qui forment maintenant une nouvelle génération d’Elisée.

Extrait :

Un signe prophétique pour notre temps

Le ministère intergénérationnel d’Elie et d’Elisée porta rapidement du fruit. De jeunes hommes remplis de la soif de Dieu commencèrent à graviter autour d’eux. Les deux prophètes initièrent un circuit “d’écoles de prophètes” en Samarie, en Galilée et sur le Mont Carmel, tandis qu’une vraie voix prophétique était en train d’être restaurée en Israël. Des personnes désireuses de s’approcher d’Adonaï plutôt que de Baal rejoignirent ces écoles. Des familles furent touchées tandis que des épouses et des enfants commencèrent à entendre la parole du Seigneur de la bouche de leurs pères et de leurs maris. Pendant une année, on constata l’impact national de cette nouvelle génération et des prophètes anonymes commençaient à parler au nom du Seigneur.

Tandis qu’Élie et Élisée se consacraient à l’œuvre du Seigneur, Israël fut envahi par la Syrie. Les forces de l’ennemi traversèrent la frontière nord du pays ainsi que les montagnes du Golan. Ben-Hadad, accompagné de trente-deux autres rois, balaya la Galilée avec une armée de cent trente mille hommes. Ils continuèrent leur route vers le sud et assiégèrent Achab et ses armées dans la capitale de la Samarie.
Voici que le roi Achab était engagé dans une guerre de survie sanglante et la situation semblait désespérée. C’est alors qu’Adonaï intervint “Mais voici, un prophète s’approcha d’Achab, roi d’Israël…” (1 Rois 20 :13).
Au moment critique où Israël s’apprêtait à tomber entre les mains de l’ennemi, un homme porteur d’une parole autre que la sienne, celle du Seigneur des seigneurs, affronta le roi : “Ainsi parle l’Éternel : vois-tu toute cette grande multitude ? Je vais la livrer aujourd’hui entre tes mains, et tu sauras que je suis l’Éternel”.
Cette scène remarquable n’a pas manqué de causer quelques problèmes à certains commentateurs bibliques. Ayant constaté l’accumulation des péchés affligeants d’Achab, on pourrait s’attendre à ce que Dieu punisse ce roi apostat en le retirant de la scène, lui et son gouvernement, par le biais de cette invasion étrangère. Mais Dieu n’en avait pas fini avec Achab. Notre Seigneur est tout simplement plus miséricordieux que nous : “Car mes pensées ne sont pas vos pensées et vos voies ne sont pas mes voies, dit l’Éternel. Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, et mes pensées au-dessus de vos pensées”. (Ésaïe 55 :8-9) Non seulement Dieu offrait une seconde chance à Achab, mais il était également attentif à sa parole prophétique envers Elie. Il y avait là sept mille âmes qui devaient être moissonnées par Elie et son jeune assistant Elisée qui travaillaient durement.
Même si Jézabel avait entendu parler de la résurgence des prophètes d’Adonaï sous l’influence d’Elie, son ennemi, la guerre avec la Syrie l’empêcha de tenter de les arrêter. Le réveil naquit donc durant la guerre. Achab le rétrograde, probablement toujours un croyant en Adonaï mais seulement de nom, demeura incrédule à l’idée que ce prophète inconnu et présomptueux puisse prédire une victoire d’Israël face à des événements aussi dramatiques.
Il répondit au prophète en demandant : “par qui ?” (1 Rois 20 :14). En d’autres termes : “qui nous conduira dans cette victoire absurde que tu proclames ?” La réponse du prophète fut encore plus étonnante : “Ainsi parle l’Éternel, par les serviteurs des chefs des provinces”. Il s’agissait en réalité de jeunes serviteurs adolescents de chefs provinciaux. Le prophète était en train d’annoncer un mouvement de jeunes : une victoire nationale menée par de jeunes serviteurs inexpérimentés.

…/…

Achab obéit à la Parole du Seigneur qui lui avait été annoncée. Il rassembla les serviteurs adolescents des différents chefs locaux et les mit à la tête de son armée. Deux cent trente-deux jeunes hommes étaient maintenant prêts à mener sept mille hommes au combat. Quant à Ben-Hadad et ses trente-deux rois, ils s’étaient saoulés toute la matinée. A midi, au moment le plus inattendu pour mener une attaque, les jeunes leaders menèrent une contre-attaque surprise contre les forces massives et confiantes de l’armée syrienne.
La parole du Seigneur était non seulement vraie, mais son “horaire” était parfait. Courageusement, ces jeunes garçons “sortirent de la ville avec l’armée qui les suivait. Chacun frappa son homme, et les Syriens prirent la fuite. Israël les poursuivit, BenHadad, roi de Syrie, se sauva sur un cheval, avec des cavaliers”. (1 Rois 20 :19-20)

…/…

… De vrais ou de faux prophètes ? …

Durant les vingt-deux années du règne du roi Achab, deux mouvements prophétiques virent le jour. Ils furent entretenus et se développèrent. L’un était faux, l’autre vrai. Le faux mouvement souilla et apporta la destruction. Le vrai mouvement apporta la délivrance et la bénédiction divine. Il existe un parallèle clair entre l’époque d’Achab et celle d’Israël aujourd’hui. Notre nation est remplie d’idolâtrie. Le judaïsme rabbinique et mystique, le christianisme officiel et l’Islam forment tous des forteresses dans le pays “saint”. Des cultes de type Nouvel Age, le matérialisme et l’humanisme séculier sont les Baal d’aujourd’hui. L’immoralité sexuelle abonde dans un “esprit de prostitution”, comme au temps de Jézabel.
Le don de la prophétie et la fonction de prophète, donnés par notre Seigneur tandis qu’il remontait aux cieux, pour l’édification ou l’équipement de Son église sont nécessaires à la santé de Son corps (Ephésiens 4 :11-12). Le mot “équiper” est la traduction française d’un terme médical grec qui signifie remettre un os à sa place au cours d’une opération chirurgicale.
La prophétie du Nouveau Testament est supposée édifier le corps de Christ par une chirurgie spirituelle dans le but de nous rendre aptes, préparés et formés pour être pleinement qualifiés pour le service du Seigneur. par la prophétie ».

Information complémentaire

Auteur

Davis

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “L’héritage d’Elie”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *