Bienvenue !

« Il y a un temps pour tout, un temps convenable pour chaque intention sous les cieux » nous dit la Bible (Ecclésiaste 3 : 1, Bible Juive Complète de David STERN).

Aujourd’hui, après 26 ans d’activités, nous avons passé la main d’EMETH-Editions à la CLC.

Vous pouvez retrouver tous nos ouvrages sur notre site, mais au moment de passer votre commande, vous serez redirigés sur celui de la CLC qui prend désormais en charge la distribution.

"Mon désir le plus cher est de transmettre, à travers ces ouvrages, la vérité (Emeth) dans l'amour et l'équilibre. Je souhaite aussi faire connaître les auteurs étrangers mais également promouvoir et d'encourager les chrétiens francophones à partager leurs expériences et leurs enseignements."
Jacques Charrat-Boutique
Fondateur d'Emeth-Editions en 1996

Éditorial 2022

Depuis le début septembre 2021, nous sommes entrés dans l’année juive 5782. C’est une année particulière, non seulement car elle nous rapproche de la seconde venue du Mashiah que nous attendons ; mais elle marque aussi un évènement particulier que l’on appelle : la Shmita – שמטה.

La Shmita est une année de jachère que la Torah commande d’observer tous les 7 ans. Une année shabbatique de la terre selon Lévitique 25 : 1-7 :

« Quand vous serez entrés dans le pays que je vais vous donner, la terre se reposera ; ce sera un temps de shabbat en l’honneur de l’Éternel … la 7ème année sera un temps de shabbat, une année de repos pour la terre, un shabbat en l’honneur de l’Éternel ».

Pendant cette année spéciale, il est interdit de cultiver et de consommer les produits de la terre obtenus pendant l’année de relâche. C’est également l’occasion pour le maître de rendre libre son serviteur, et pour le créancier d’acquitter son débiteur.

Certes, la loi de la Shmita ne concerne que la terre d’Israël et de nos jours, elle y est respectée par plusieurs et notamment des agriculteurs. Mais au-delà de cette particularité, j’aimerais nous interroger :

« Et si nous étions concernés nous aussi, par ce Shabbat de l’Éternel, en l’endroit même où nous vivons ? Après la crise sanitaire liée au Covid que nous traversons encore, et si cette année de Shmita était comme une prophétie pour les temps à venir ; une interrogation sur l’état de la terre et sur notre relation à l’autre ? »

Profitons de cette année pour réfléchir et prendre de la distance avec nos engagements, pour accomplir l’œuvre que le Seigneur nous appelle à vivre : libérer les hommes et les femmes qui nous entourent et entrer dans une nouvelle dimension.

Bonne Shmita !

Jacques et Joëlle Charrat-Boutique