La tête brûlée

10,00

“La tête brûlée“ est le témoignage d’une révolte comme certains jeunes vivent malheureusement un jour, rébellion vis-à-vis des parents, de l’environnement ou de la société auprès desquels, ils ne trouvent pas de quoi satisfaire leur soif d’absolu.

A tous ceux qui souffrent à cause d’une adolescence meurtrie, d’une blessure trop grave, d’une offense impardonnable, d’un désespoir insupportable,
le témoignage de Marcel Poggioli rappelle qu’il existe toujours un recours, même dans les situations les plus dramatiques. Dans tous les cas, la foi en Jésus-Christ peut changer un destin et l’ouvrir à la réalisation du plus beau des rêves de vie.

Catégories : , Étiquette :

Description

LA TETE BRULEE

Marcel POGGIOLI

Je mis un disque des Doors. Le chanteur Jim Morrison était un autre fou. Mais celui-là, je l’aimais bien. Il était extrémiste comme moi, dans la défonce et dans la révolte. Il finira suicidé avec une overdose. C’est toujours ainsi : on aime ceux qui nous ressemblent et on finit par ressembler à ceux que l’on aime !

Après avoir quitté Yannick, j’avais été dans le doute et la confusion en ce qui concerne le vrai et le faux. Aucune source de révélation ne me semblait plus fiable quelque soit son origine humaine ou spirituelle. La tromperie et le mensonge étaient partout, dans ce monde et dans les autres aussi. J’avais alors décidé d’utiliser les acides, pour accéder au monde des esprits. J’étais toujours en recherche d’une vérité, de l’autre côté, à l’autre bout de l’interdit. Là où se couchent les soleils jaunes et d’où personne n’était encore revenu pour en parler.

Soudain, je me sentis basculer dans le vide. C’était comme dans cette cheminée qui traverse la terre. Sauf que cette fois, c’était dans l’autre sens. Je descendais. Un sentiment insupportable d’échec et d’abandon me saisit. Il me semblait que je perdais tout, que je perdais trop. Je me sentais désespéré et vaincu. Il me restait encore une arme et j’allais l’utiliser. C’était l’acte fou, le geste ultime. Celui que je redoutais, que nous redoutions tous…

Johnny apparut dans l’encadrement de la porte. Je lui fis signe d’entrer. Discrètement, il m’informa qu’il avait vendu quelques doses mais qu’il lui en restait une cinquantaine. Il s’excusait presque de n’avoir pu faire mieux. Je l’assurait que tout était bien et lui demandai de me les rendre. Je les fis glisser hors du sachet, dans ma main. C’était de petits cristaux translucides et violets, du pur LSD sans speed. Je les pris, les portai à ma bouche et les avalai.

« A toutes les « têtes brûlées » qui liront ce livre, je veux dire que :

1 – Quelque soit ton arrière plan, ton passé ou ta situation actuelle, il y a toujours un espoir pour toi : Jésus-Christ ! (Psaume 34-7)
2 – Depuis ta conception, Dieu veillait sur toi et qu’Il n’a pas permis à la mort d’avoir le pouvoir sur ta vie. (Jérémie 29-11)
3 – Les prières pour tes enfants, ton conjoint ou un(e) ami(e) ne sont pas vaines et qu’en Son temps, Dieu les exaucera. (Jacques 5-16b)
4 – Dieu a la puissance de transformer ta vie et de la rendre utile.

Que le Saint Esprit de Dieu puisse toucher ton coeur et faire de toi une personne nouvelle.
Michel Allard, Evangéliste

Informations complémentaires

Poids 0.140 kg
Auteur

Poggioli

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La tête brûlée”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *