Le cri de Mardochée

15,00

LE CRI DE MARDOCHEE – R. STEARNS
Le livre d’Esther dans la Bible relate l’histoire de cette femme qui a sauvé sa nation. Aujourd’hui, elle résonne encore devant les situations actuelles des Juifs et des Chrétiens dans le monde entier. De Jérusalem à Washington, de Kiev à New York, l’auteur Robert Stearns examine comment et pourquoi les chrétiens doivent être sur l’offensive. Il lance en même temps cinq appels pour sauver les nations…
Il y a actuellement un combat entre l’Esprit Saint omniprésent et l’esprit d’Haman qui cible des chrétiens et des juifs pour leur destruction.

Catégories : , Étiquette :

Description

Robert STEARNS – M. RODLYN PARK

Robert Stearns est le directeur du ministère « Eagles Wings »,
réseau international de relations qui recherche l’unité du corps de Christ
et annonce l’alliance irrévocable de Dieu avec Israël.

LE CRI DE MARDOCHEE

Le livre d’Esther dans la Bible relate l’histoire de cette femme qui a sauvé sa nation. Aujourd’hui, elle résonne encore devant les situations actuelles des Juifs et des Chrétiens dans le monde entier. De Jérusalem à Washington, de Kiev à New York, l’auteur Robert Stearns examine comment et pourquoi les chrétiens doivent être sur l’offensive. Il lance en même temps cinq appels pour sauver les nations…

L’auteur compare le défi d’Esther, la persistance du fidèle Mardochée et la méchanceté d’Haman à toutes les situations des « Esther » d’aujourd’hui. Il y a actuellement un combat entre l’Esprit Saint omniprésent et l’esprit d’Haman qui cible des chrétiens et des juifs pour leur destruction. L’appel est lancé pour une génération d’Esther l’appelant à se réveiller des conforts du palais et à se lever pour les nations qui font face à une menace encore plus grande que celle d’Haman !

« Le Cri de Mardochée » nous appelle à devenir participant d’une génération d’Esther avec des convictions déterminées et un grand courage ; génération qui reconnait la réalité du monde et qui se tourne vers Dieu pour recevoir une stratégie divine.

Extrait :

Tout le monde aime la fin de l’histoire d’Esther lorsqu’elle sauva son peuple de la destruction, mais beaucoup oubli son humble commencement et cet énorme défi qu’elle a du affronter tout au long de son parcours. La vérité est, que la plupart d’entre nous avons eu des débuts pas très brillant, toute comme elle. Peut être n’avons-nous pas eu les parents les plus attentionnés et aimants, ou l’opportunité d’aller dans le lycée le plus reconnu (ou juste un lycée). Peut être que nous avons été effrayés par un monde qui aurait préféré ne pas nous connaître. Mais grâce soit rendu à Dieu, nous servons un Sauveur qui Rachète et qui Restaure ! Notre Dieu prend plaisir à appeler les choses qui ne sont point comme si elles étaient (voir Romains 4 : 17). Il prend nos faiblesses et les transforme en forces qui vont nous pousser en avant dans l’aventure de la foi qu’Il a planifiée pour nous.

C’est trop tentant de tomber dans le piège de l’ennemi en regardant les épreuves que nous avons enduré dans notre passé comme des pierres d’achoppement, plutôt que des pierres solides pour notre futur. Nous ferions bien de nous souvenir qu’Esther, n’avait pas de famille pour l’entourer et la réconforter, lorsqu’elle a été appelée au palais, elle n’avait personne pour la retenir. Elle n’avait pas de responsabilités pressantes pour la faire ralentir. Elle pouvait risquer sa vie avec concentration et détermination sans se soucier qui pourrait en être affecté.

Quoique sa relation avec la communauté juive mette sa vie en danger, l’implication de celle-ci dans les trois jours de jeûne a motivé le cœur de Dieu à répondre avec Son plan pour les secourir. (Voir Esther 4 :16)

Enfin, si ses parents n’étaient pas morts prématurément, elle ne serait pas allée vivre avec son oncle Mardochée, sans fiancé, sans prétendant, libre de répondre à l’appel de la cour royale.

Toutes les forces conspirant contre elle, laissant croire que le mauvais sort était sur sa vie, étaient réellement les façons qui allaient la propulser dans le vrai sens de sa vie. Lorsque vous pensez aux coups portés par l’ennemi à votre âme, souvenez-vous de ceci : Si Esther n’avait pas été orpheline, elle ne serait jamais devenue reine. Peut être alors, tout comme de nos jours, nous devons savoir qui nous sommes pour savoir pour quoi nous sommes fait.

La sagesse infinie de Dieu et sa justice surpassent largement les ruses de l’ennemi de notre âme. Tout ce qui aujourd’hui semble sans espoir, sans but, et totalement sans fruit est simplement les conditions temporaires qui assurent notre destinée éternelle.

Comme Joseph (qui détient le record du monde de souffrances injustes) dit à ses tricheurs de frères lorsqu’ils sont venus à lui plusieurs années après l’avoir trahi, « Vous aviez médité de me faire du mal : Dieu l’a changé en bien, pour accomplir ce qui arrive aujourd’hui, pour sauver la vie à un peuple nombreux. » (Genèse 50 : 20 LSG). Ceci, mes amis, c’est voir sa vie d’une perspective céleste.

Qu’est ce qui vous a marqué ? Où avez-vous été blessé ? Traité injustement ? Je vous promets, avec l’autorité de la Parole de Dieu, que si vous offrez ces domaines de brisements et de difficultés dans votre vie, notre Dieu, le Père fidèle, va prendre les moments les plus brisés de votre vie et va les faire briller comme le soleil de midi. Notre Dieu est le rédempteur qui transformera le désordre en un message et votre épreuve en témoignage. Béni soit Dieu qui ne prévoit pas notre futur par notre passé !
« Car je connais les projets que j’ai formés sur vous, dit l’Eternel, projets de paix et non de malheur afin de vous donner un avenir et une espérance. » (Jérémie 29 : 11).
Peu importe les épreuves que vous avez subi ou que vous êtes entrain de subir. En fin de compte, les choses avec lesquelles vous vous êtes battus vont être utilisées par Dieu comme des outils pour vous préparer à participer au but de Son Royaume. Ce qui nous disqualifie aux yeux du monde est exactement ce que Dieu cherche pour nous utiliser dans Son équipe.

……………………

Il y avait quelqu’un dans la vie d’Esther qui n’ignorait pas l’urgence du moment. Quelqu’un qui était attentif et au courant de la destruction qui arrivait, et s’est résolu à faire tout ce qui était en son pouvoir pour l’arrêter. Il était une voix continue, discernant clairement la situation, il est devenu la trompette pour réveiller Esther et pour qu’elle se mette en action.

Il est souvent dit que le livre d’Esther ne mentionne pas une seule fois le nom de Dieu.

Sa présence, les miracles, les messagers angéliques, et les merveilles surnaturelles sont étrangement absentes du plus épique des contes. Il est étonnant que les miracles soient si présents, et les anges si disponibles dans d’autres histoires, et qu’ils semblent ne pas avoir la moindre implication dans cette histoire. Soyons vrai, ce qui est en jeu dans ce livre, est la survie totale du peuple juif.
Nous parlons ici de la survie ou de la destruction d’une nation entière.

Où est Dieu ?
Où sont ses anges ? Où sont ses miracles ? Où est sa voix qui vient des cieux ?
Se peut-il que Dieu essaye de nous enseigner une leçon très importante ?
Se peut-il qu’Il nous appelle à réaliser qu’il y a des temps ou c’est Lui qui nous attend pour faire, agir et sauver ?

Dieu est très présent dans l’histoire d’Esther, mais d’une façon invisible. Il est présent en aidant Esther à avoir le bon âge, à être au bon endroit au bon moment pour qu’elle soit choisie pour le harem du roi. Il est présent en lui donnant faveur et sagesse. Il est présent en ordonnant les événements de façon à ce que le roi se souvienne de la fidélité de Mardochée, au grand dam d’Haman (nous en reparlerons au chapitre 11) Dieu est là, mais il agit d’une manière qui est super-naturelle, en s’appuyant sur des personnes pour accomplir Son but.

Dieu est aussi très présent dans la voix et la personne de Mardochée. De différentes manières, Mardochée est le personnage central de l’histoire, même si la plupart des célébrations des jours modernes se concentrent sur Esther. Mais c’est le fidèle Mardochée qui, vertueusement, adopte sa nièce orpheline. Sage Mardochée qui conseille et instruit Esther sur la façon de se tenir. Juste Mardochée qui refusa de se prosterner en adoration devant un homme. Mardochée est toujours d’une façon ou d’une autre en scène, mais jamais au centre de la scène. Toujours présent, mais jamais dominant.
Sans Mardochée il n’y aurait pas eu d’Esther. Sa voix pénétrante, persistante, implacable, l’appelait à devenir plus que ce qu’elle pensait être, osait lui faire réaliser la réalité de sa situation, et d`agir avec une sainte audace.

Mardochée, je le crois, est une image du Saint Esprit, le Témoin Intérieur, le Guide et le Consolateur de nos cœurs. Il est un père pour ceux qui n’en ont pas, et un conseiller merveilleux, celui qui se tient encore plus près qu’un frère. Chacun d’entre nous, lorsque nous nous tournons vers Dieu, pouvons expérimenter le doux son de Sa voix, Son conseil dans nos cœurs. D’une manière vraie, Mardochée est devenu la voix du Saint Esprit pour Esther, veillant sur elle depuis sa jeunesse, jusqu’à ce temps où il essaye désespérément d’obtenir d’elle un mot dans le palais et, bizarrement il a du mal à y arriver.

Il est si facile de compter sur le Saint Esprit lorsque nous sommes dans la souffrance de nos manques et nos besoins. Et il est si facile de courir après lui lorsque nous avons besoin de réconfort, d’espoir, et d’enrichissement spirituel. Mais combien de fois Sa tendre voix est perdue dans la mêlée, après que Ses conseils nous aient amené dans la terre de bénédictions.

C’est le test auquel Esther devait faire face, et c’est le test auquel nous devons faire face. Pouvons-nous encore entendre la voix de Mardochée à travers les épais murs du palais du succès ? Sa voix peut-elle percer notre zone de confort dans laquelle nous sommes arrivés par Ses conseils ? Allons-nous nous souvenir de notre Garde, notre Conseiller, ou est-ce que ses conseils sont devenus en quelque sorte juvéniles et pas assez sophistiqués ? Est-il une voix de notre passé pour être toléré avec de doux souvenirs, mais ne plus être pris au sérieux ?

……………………

Les convictions de Mardochée, comme celles de beaucoup d’autres à travers le temps, ont laissé un témoignage clair de ce que veut dire « tenir ferme sur ses principes ». Que ce soit tenir ferme contre ce qui est mauvais, ou pour ce qui est bon, Mardochée était quelqu’un de profondes convictions. Mais Mardochée n’était pas dans le palais. Ce n’était pas lui qui s’avançait vers le roi. C’était Esther.
Est-ce qu’Esther était une personne ayant des convictions ? Elle admirait certainement les convictions de Mardochée, mais en avait-elle pour elle-même ?

Comme nous avons pu le voir lors de la première partie de son histoire, Esther était une personne passive. Elle a été élevée dans la connaissance du bien et du mal ; mais, qui était-elle vraiment à la fin de ses jours ?
Nous savons qui était Mardochée ; ses actions l’ont rendu clair dès le début. Mais quand la balle passa dans le camp d’Esther, nous nous demandons soudainement quel choix allait-elle faire ? En un moment, en un instant, tout se résume à ce qu’elle croit. Est-ce qu’Esther connaissait ses convictions ? Connaissons-nous les nôtres ?
Après avoir reconnu la réalité de sa situation et avoir crié à Dieu pour sa miséricorde, et avant de prendre la décision d’aller devant le roi, Esther a dû déterminer ses convictions.

Nos convictions déterminent nos actions, et nos actions, à leur tour, déterminent notre destinée. Nos convictions ne sont pas ce que nous voudrions croire, ou les croyances que l’on admire chez les autres. Nos convictions, à la fin des jours, sont ce que nous sommes prêts à faire pour ce que nous croyons. C’est ce que nous sommes vraiment.

Dix personnes qui parlent font plus de bruit que dix mille qui sont silencieuses – Napoléon

Informations complémentaires

Poids 0.300 kg
Auteur

Stearns

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Le cri de Mardochée”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *